top of page

𝗟𝗶𝗯𝗲́𝗿𝗲𝘇 𝘃𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗽𝗹𝗲𝗶𝗻 𝗽𝗼𝘁𝗲𝗻𝘁𝗶𝗲𝗹


Regardez autour de vous. La plupart des personnes se donnent du mal jour après jour pour survivre ou pour accomplir quoi que ce soit.

Elles ont cessé de rêver. Elles sont convaincues que plus elles feront d’efforts, plus elles gagneront en mérite.


J’ai fait pareil ! J’ai grandi dans un environnement où, jusqu’aujourd’hui, on avance encore les mêmes arguments pour justifier cette lutte. Des arguments tels que :

▪️Le monde est comme ça ;

▪️Tel a de la chance et l’autre pas ;

▪️On est ici-bas juste pour travailler et survivre ;

▪️Les rêves sont faits seulement pour une catégorie de personnes, raison pour laquelle tout le monde n’a pas le droit de rêver ;

▪️Dieu nous a fait et il nous ramènera quand il voudra, donc vis sachant que demain, tu partiras ;

Fort de toutes ces convictions, j’étais devenue comme la chenille dans sa chrysalide, mais plusieurs questions existentielles tourmentaient mon esprit.


Je me souviens entre autres des interrogations telle que : « Suis-je née juste pour accompagner les autres ? »

« Pourquoi suis-je né ? »

« Qui suis-je vraiment ? »

« Quelle est ma mission de vie ? » « Et si j’avais une mission de vie, comment devrais-je alors la réaliser ? »


Normalement, la chenille dans sa chrysalide connait de nombreux changements durant une période d’une à deux semaines, mais cette chenille dont je tenterai de vous relater la transformation avait pris plus de temps.


Il y a quelques années de cela, je me sentais étouffée, remplie de choses à partager.

Lorsque je finissais de lire les petites histoires à mes enfants, je racontais très brièvement la mienne. Et c’était déjà devenu une routine.

Le jour que j’oubliais de la raconter, mes enfants la réclamaient. Un jour, ma fille m’a dit : « Maman, est-ce que tu peux mettre tout ce que tu nous racontes dans un livre ? ».


Pour moi, c’était impossible, car je n’aimais pas lire, je n’aimais pas écrire et je pensais qu’écrire un livre était spécialement dédié aux autres personnes.

Pourtant j’avais envie de partager quelque chose, mes expériences et aider les autres personnes à travers mon vécu.


J’ai longuement réfléchi sur l’idée que ma fille me suggérait. Encore une fois, je pensais que pour écrire un livre, on avait besoin des années.

Un jour, j’avais demandé à mes enfants s’il existe une machine pour écrire automatiquement, car je pourrais raconter et la machine ferait le reste.

Mon fils m’avait dit qu’il en existait déjà, mais la meilleure façon était d’écrire moi-même ; alors, je m’étais découragée.


En février 2022, j’ai participé pour la toute première fois à une conférence à Lyon sur la liberté financière organisée par Valère BELIAS, Formateur, Éditeur, Coach.


Avant cela, il avait dit, dans l’une de ses vidéos, qu’en suivant une conférence en ligne, on reçoit juste les informations mais en présentiel, en plus des informations, on reçoit de l’émotion qui accompagne les informations.


J’avais cru et j’étais convaincue. Il y avait de l’ambiance et c’était une opportunité de réseautage. Des auteurs ont présenté leurs livres et il y en avait également vitrés dans la salle.

Ces livres avaient été écrits en majorité par des Africains et édités par la maison d’édition Argenlivre.


Je m’étais muée en une nouvelle personnalité avant même la fin de la conférence.

J’étais émue, inspirée et dès mon retour en Allemagne, je me suis décidée à écrire mon livre.

Ce livre s’adresse à toutes les femmes mariées ou célibataires, mamans, qui exercent une activité ou non, mais qui pensent que c’est fini pour elle, que leur vie s’arrête à ce qu’elles font actuellement.

Ou celles qui avaient des rêves, mais à cause de leurs conditions de vie, rencontrent de blocages et pensent que ce sont leurs enfants ou d’autres personnes qui réaliseront leur rêve à leur place.

Vous souhaitez approfondir ? Commandez simplement le livre «Libéré votre plein potentiel» de Fleurie NGONGUE


Billeterie du Le Weekend de l'Ecrivain 2023 ouverte. Réservez votre place en cliquant ici : https://www.argenlivre.com/week-enddelecrivain



154 vues0 commentaire

Comments


bottom of page