top of page

𝐌𝐚 𝐃𝐢𝐬𝐜𝐮𝐬𝐬𝐢𝐨𝐧 𝐀𝐯𝐞𝐜 𝐔𝐧 𝐀𝐦𝐢 𝐃’𝐄𝐧𝐟𝐚𝐧𝐜𝐞.

NB : Pour des raisons d’anonymat, j’ai choisi de l’appeler Mbida.


Ma personne, je sais que tu aimes les histoires, donc permets-moi de partager avec toi l’histoire d’un ami à moi qui s’appelle Mbida.


Mbida c’est un de mes amis de lycée au Cameroun, très brillant, toujours premier de la classe de la 6e en Tle.


Je ne te cache pas qu’au lycée déjà, nous étions très admiratifs à son endroit. Et parfois son succès faisait quelques jaloux. Mais bon peu importe.


Déjà au lycée, compte tenu de ses brillants résultats, tout le monde lui prédisait un brillant avenir moi y compris.


Donc une fois son baccalauréat en poche, avec mention « Bien ». Petite précision, c’était la seule mention « Bien » sur une promotion de plus de 500 candidats au baccalauréats dans ce lycée.


Une fois son diplôme en poche, Mbida va présenter une pléthore de concours sans succès.


Il va donc s’inscrire à contrecœur dans une université de la place en filière math-info. Filière qui je précise, était réservée à une « élite » (va savoir pourquoi, et dire que moi aussi j’ai failli m’y perdre).


Une fois de plus, Mbida va se démarquer de part ses brillants résultats et décrocher une licence au bout de 3 ans seulement. Ce qui était un exploit lorsqu’on connait l’ambiance estudiantine dans cette université la.


Après sa licence, Mbida va très vite se rendre compte du fait que le marché de l’emploi n’est pas du tout comme il le pensait.


Il faut dire que, depuis tout petit nous avons cru comme beaucoup à l’illusion selon laquelle, avoir des diplômes suffisaient pour trouver un bon boulot bien rémunéré.


Donc face à cela, Mbida décide de présenter à nouveau tous les concours qui pourraient lui garantir un emploi stable une fois la formation achevée.


Bonne nouvelle, Mbida décroche le concours d’entrée dans l’armée de l’air. Ensuite il s’envole pour un pays étranger afin d'y suivre une formation de mécanicien avion.


Une fois sa formation achevée, Mbida retourne au pays pour se mettre au service de son pays comme il l’avait tant souhaité.


Sauf que très vite, Mbida va déchanter car le mode de fonctionnement de l’armée ne lui plait pas du tout.


Mbida c’est quelqu’un d’assez cérébral, il aime utiliser son cerveau et agir de manière rationnelle et non suivre des ordres de la hiérarchie quand bien même la hiérarchie est complètement à l’ouest. (toi-même tu sais comment ça se passe dans l’armée).


Un après-midi banal, Mbida prends son courage à 2 mains et m’appelle pour me dire qu’il souhaiterait qu’on discute d’un sujet qui le turlupine.


Volontiers, je dégage du temps pour qu’on puisse en parler. Et c’est à ce moment qu’il me dit :


- Valère, honnêtement ça fait un moment que je suis ce que tu publies sur les réseaux et j’apprécie énormément car j’apprends pleins de choses. Des fois j’ai l’impression que tu t’adresses directement à moi.


- Merci partenaire. Ça fait plaisir de savoir que mes messages te parlent surtout que tu es un frère.


- Tu connais mon histoire Valère je ne t’apprends rien. Seulement, en ce moment je ne suis pas très épanouis dans ce que je fais.


Le fait que dans l’armée on soit obligé d’exécuter sans réfléchir me pèse.


Je pensais que lorsque j’aurais achevé ma formation, et que je serais dans le monde de l’emploi les choses iraient mieux mais mal m’en a pris lorsque je me suis rendu compte que ça ne changera pas en moins d’être un haut gradé.


Mais pour ça, il faut attendre encore attendre minimum 13 ans. Or moi je n’ai pas trop envie d’attendre jusque-là.


- Ha ok je vois partenaire. Mais dis-moi alors en quoi est ce que moi je peux t’être utile ? Tu veux que j’appelle le colonel Sanbende pour qu’il te nomme ? (Gros éclat de rire).


- Mort de rire. Non en fait, comme je te l'ai dit je suis ce que tu fais et semble en savoir un peu plus que moi en ce qui concerne le business et je vois que malgré tes études tu as pu te lancer.


- Yes mola !


- Et puis je constate que tu lis aussi énormément. Et tu dis également que tout ce que tu as pu accomplir jusqu’à présent c’est grâce à ce que tu apprends dans les livres.


- Yes bro en effet. Et je ne te cache pas que parfois moi-même je m’étonne car si on m’avait dit un jour que je lirais autant de livres, je n’aurais jamais cru.


Et puis toi-même tu me connais au lycée, le français et moi ça faisait 3 lol.


- Justement. Et je me dis que si toi tu as pu partir d’aussi loin, ça me donne la force de croire que c’est possible pour moi aussi et ça me motive encore plus.


En fait, j’ai toujours su que lire m’apporterais énormément mais à chaque fois je procrastine. Mais cette fois-ci je veux me lancer pour de bon car il faut que je quitte mon boulot et je monte mes propres affaires.


- Huum ok je vois. Mais quand même il faut prendre le temps de préparer ton départ. Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire.


- Oui oui Valère t’inquiète. C’est justement pour cette raison que j’aimerais que tu me donnes quelques conseils par rapport à ma problématique. ( court silence)


- Mon petit ! (expression camerounaise utilisée entre 2 personnes très familière sans préjugé de l’âge véritable),


Déjà, il faut que tu gardes à l’esprit que le plus important en matière d’argent ce n’est pas ce que tu as mais ce que tu en fais.


Cet enseignement je le tire d’un excellent livre que j’ai lu il y’a un peu plus d’un an et je te conseille vivement de commencer par ce livre-la. Il est excellent.


- C’est quoi le nom du livre Valère ?


- Le nom du livre c’est #La_Chèvre_De_Ma_Mère de Ricardo Kaniama. Il est excellent.


Lis-le et si après l’avoir lu tu n’es pas transformé, dis-moi et je m’engage à te rembourser l’argent que tu auras engagé pour l’acquérir.


- Ha ouais ?


- Wallaye.


- Ok Valère. Mais je le trouve ou ici au pays ? Toi-même tu sais chez nous ici c’est compliqué.


- Oui j’imagine bien. Alors je ne sais pas trop ou est-ce que tu pourrais le trouver au pays néanmoins, tu peux me faire un western union, et je te l’envoie j’ai quelques exemplaires avec moi.


- Ok merci bien Partenaire.


- Par ailleurs il y’a un autre livre que je te conseille de lire déjà, histoire de te mettre dans le bain déjà, c’est l’autoroute du millionnaire de MJ Demarco, il est génial.


Il a complètement changé mon mindset dans le processus d'enrichissement en ce sens ou avant, je pensais comme beaucoup que pour devenir riche il fallait attendre d’avoir 60 ans.


Mais après avoir lu ce livre la, j’ai pris conscience du fait que devenir riche n’a rien à avoir avec l’âge le tout c’est de savoir utiliser les leviers d’enrichissement.


- Et lui je fais comment pour l’avoir Valère ?


- Je l’ai en pdf mais en version papier ça va être compliqué au pays. Cela dit je peux te le passer si tu veux.


- Oui je veux bien frangin


- Ok mais je ne te le donne pas. Parce que si je te le donne ça ne t’aidera pas car tu ne le liras pas.


Je sais que les gens n’accordent pas beaucoup d’intérêt à ce qu’ils ont eu gratuitement. Je peux te le donner mais tu ne le liras pas or le but c’est que tu le lises.


- Ok je vois. En plus tu as raison. J’ai au moins 20 livres en pdf que j’ai pioché dans les groupes par ci par la mais je n’en ai lu aucun.


Envoie moi le numéro et le montant par Whatsapp afin que je fasse le dépôt partenaire.


- Ok frangin pas de soucis. Je te fais ça. Quand tu auras fini de le lire, fais-moi signe afin qu’on en discute à nouveau.


- Ok Valère vraiment merci. On est ensemble passe une excellente journée.


Jusqu’à présent, j’attends toujours que Mbida me fasse signe pour que je lui envoie les livres.

Est-ce à dire que parce qu’il ne lira pas ces livres il ne s’en sortira pas ? Non loin de moi cette idée car le livre un outil parmi tant d’autres.


Et puis tu me diras qu’il y’en a qui construire des empires sans lire pour autant.


C’est vrai, mais il n’y en a pas beaucoup. Ce sont des exceptions et on ne saurait se focaliser uniquement sur des exceptions.


Pour t’en sortir tu auras besoin de la bonne information. Or la bonne information a un cout.

Jusqu’à présent, Mbida n’a rien changé à sa vie il est toujours au même niveau avec les mêmes problèmes.


Peut-être qu’il s’est fait une raison ou peut-être qu’il s’est accommodé à cette vie-là. Mais toujours est-il dit que s’il veut que quelque chose change dans sa vie, il faut d’abord qu’il change quelque chose en lui-même.


Pourquoi est ce que j’ai tenu à partager cette anecdote avec toi ?


Parce qu'après avoir discuté avec Mbida, je me suis rendu compte que cette histoire ressemble à la vie de beaucoup d’entre nous.


Nous sommes nombreux à mener une vie dans laquelle nous ne sommes pas épanouis.

Nous savons que la solution à nos problèmes existe et parfois même, nous savons où aller la chercher. Mais nous refusons de payer le prix.


Et si tu ne paies pas le prix pour lire, tu paieras quelqu’un d'autre pour t’apprendre ce qu’il a lu. Mais sache que tu paieras quand même le prix.


La seule manière d’être certain de ne payer aucun prix, c’est de ne rien faire de ta vie. Et si tu ne fais rien de ta vie, tu subiras le contre cout d’une vie de médiocrité.


Sur ce, je te dis on est ensemble comme en décembre et on se ressemble ma personne.


Pour te procurer les livres, tu peux suivre ce lien : https://vu.fr/NKGV



4 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page