top of page

𝗝𝘂𝘀𝘁𝗲 𝟯𝟬𝟬 𝗙𝗰𝗳𝗮...

Il y a un peu plus de 9 ans, je résidais encore dans un quartier populaire de Yaoundé-Cameroun appelé Kondengui.

Je me rappelle qu’à cette époque, l’argent de poche que me remettait mes parents s’avérait parfois très insuffisant pour me permettre de subvenir à mes besoins.

C’est vrai qu’à cette époque, je n’étais pas encore un chercheur d’argent comme maintenant mais, j’avais vite fait de comprendre que si je voulais m’en sortir, il fallait que j’apprenne à me débrouiller tout seul.

L’une des particularités de ce quartier là c’était que très souvent, nos ainés nous prenaient sous leurs ailes pour les aider à effectuer certaines tâches ingrates comme puiser de l’eau dans un puit, transporter des parpaings ou transporter de la terre via une brouette ou un saut.

Ceux qui ont grandi dans les quartiers difficiles comprennent la galère que c’est lol.

Donc c’était un samedi, pendant les grandes vacances, il était à peine 07h du matin, je venais tout juste de finir de prendre mon petit déjeuné.

Et quand je parle de petit déjeuné, je ne parle pas du classique pain, lait et œuf loin de la.

Quand je parle de petit déjeuné, je parle d’un bon plat de BBH entends par la Beignet-bouillie-haricot.

C’est le meilleur petit déjeuné au monde et je ne discute avec personne.

Enfin bref passons...

Je venais de faire le plein d’énergie et c’est alors qu’un ainé du quartier (appelons le Dagobert) vint me chercher pour me faire la proposition suivante :

- Valère, c’est comment mon bon petit ?

- Le big (grand frère) voilà mes restes. (Comme pour dire que tout va bien)

- Mon petit tu fais quoi ? Je te dis ça parce que j’ai un petit job la et je veux que tu viennes me donner un coup de main

- Huumm, c’est quoi comme job big ? lui demandais-je avec hésitation

- En fait je veux que tu m’aides à transporter des parpaings mon petit.

- Ok pas de problème, mais tu me donnes combien ?

- Toi tu vois que je peux te tchocko (payer) combien pour un petit job comme ça mon petit Valère ?

- Bon si je peux avoir 500 Fcfa, ça serait déjà pas mal.

- Bon je vais te donner 300 fcfa alors mon petit ça te va ?

- Ok, marché conclut. Laisse-moi alors juste le temps de me changer et je te rejoins.

Sous ces mots, je suis immédiatement aller me changer et j’ai rejoint Dagobert sur le champ de bataille.

Le travail avait duré en tout 2h, c’était assez harassant mais bon, je n’avais rien à faire donc pour moi ça m’occupait ceci d’autant plus que j’allais gagner 300 Fcfa.

En travaillant, je pensais déjà à ce que j’allais faire de ma paie : m’acheter un autre plat de BBH le jour d’après lol.

Donc 2h plus tard, le job était achevé et c’était le moment de la paie.

Dagobert me commissionnait donc pour aller appeler le monsieur qui possédait les parpaings pour lui faire comprendre que le boulot était achevé et qu’il pouvait désormais venir vérifier et surtout passer à la caisse.

Chose promise, chose due, le monsieur arriva et sous mes yeux, il remit la somme de 5000 Fcfa à Dagobert.

Et Dagobert, sorti 300 Fcfa de sa poche, et me les remis.

C’est seulement à ce moment la que je réalisais ma bêtise.

C’est seulement à ce moment-là que je me rendis compte que j’aurais pu gagner beaucoup plus que 300 Fcfa.

De cette petite anecdote, j’ai pu tirer 2 conclusions :

1ère Conclusion : Très souvent, la vie ne te donnera que ce que tu CROIS mériter.

2e Conclusion : Demande à Dieu le ciel et comme ça, tu pourras peut-être atteindre les nuages.

En fait, qu’est ce qui s’est passé : A cette époque-la, je pensais ne mériter que 500 Fcfa pour un job comme celui-la, et en échange je n’ai gagné que 300 Fcfa.

Voila ma personne, je viens de te montrer en quelques mots, la raison pour laquelle beaucoup parmi nous gagne beaucoup moins que ce qu’il devrait gagner.

Beaucoup pensent mériter peu bilan des courses ils gagnent très peu.

C’est l’une des différences fondamentales qui existe entre les riches et les pauvres.

Les milliardaires disent et pensent qu’ils méritent gagner des milliards et puisqu’ils sont animés par ce sentiment de mérite la, ils sont prêts à remuer ciel et terre pour obtenir ce qu’ils méritent.

Maintenant ma question :

Quelle quantité d’argent penses-tu mériter ?

La richesse ou la pauvreté d’un individu commence dans sa tète. La pauvreté matérielle n’est qu’une manifestation d’une pauvreté mentale.

C’est la raison pour laquelle lorsqu’un membre de la communauté m’écrit pour me poser la question de savoir :

Valère, je veux devenir riche, comment je fais ?

Ma réponse est toujours la même : éduque-toi financièrement.

Dans l’éducation financière, il y a un module qui en mon sens est la plus importante : c’est celle de la reprogrammation mentale.

Ce module qui vise à casser le rêve de pauvreté qui a été placé en nous depuis tout petit par notre entourage, pour le remplacer par le rêve de la richesse.

Malheureusement que font la plupart des gens lorsque je leur demande de s’éduquer financièrement, ils veulent tout de suite se lancer en business.

Sauf que, ils auront beau faire n’importe quel business au monde, tant que qu’ils auront un cerveau de pauvres ils ne gagneront que de faibles revenus.

Je pourrais aller beaucoup plus loin mais je vais m’arrêter la pour aujourd’hui, je développerai d’avantage cette notion dans mon prochain livre intitulé « 𝗟𝗲𝘀 𝗽𝗮𝘂𝘃𝗿𝗲𝘀 𝘀𝗼𝗻𝘁 𝗲́𝗴𝗼𝗶̈𝘀𝘁𝗲𝘀 ».

Livre qui sera disponible le 13 Octobre 2021 sur argenlivre.com

Sur ce ma personne, je te dis on est ensemble comme en décembre et on se ressemble.


Valère BELIAS

Argenlivre.com

#cherchons_largent

13 vues0 commentaire
bottom of page