top of page

𝗔𝘂 𝗗𝗲́𝗯𝘂𝘁 𝗧𝗼𝗻 𝗘𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲 𝗘𝘀𝘁 𝗖𝗼𝗺𝗺𝗲 𝗧𝗼𝗻 𝗕𝗲́𝗯𝗲 👶🏾

Plusieurs qui veulent entreprendre dans l’agriculture, ne le font pas pour plusieurs raisons.


Certaines personnes ont si peur d’entreprendre que leur peur d’échouer est plus grande que leur désir de réussite.


En fait, la majorité d’entre elles n’ont pas seulement peur d’entreprendre dans l’agriculture, mais dans tous les autres domaines.


D’autres encore, médusés par la médiatisation de succès non vérifiés, veulent se lancer sans pour autant être prêt à se donner pour vraiment réussir.


Si vous êtes employé dans une entreprise et travaillez de 8h à 18h, cela vous laisse peu de temps pour lancer et gérer d’autres activités, au risque de nuire à votre emploi actuel.


Avec la tonne de propagande sur les success stories de ceux qui ont investi dans l’agriculture et qui se sont démarqués (des agriculteurs qui sont pour la plupart fictifs, avec leurs vidéos bien montées qui laissent croire que tout est facile) c’est la convoitise tous azimuts qui embrase les esprits et les excite à se lancer coûte que vaille.


La grande médiatisation sur le brillant avenir de l’agriculture en Afrique amène beaucoup à se décider à devenir « agriculteur » à temps partiel en achetant quelques hectares ou en construisant une petite ferme pour y faire de l’élevage.


Cela peut marcher si et seulement si c’est fait dans but d’en faire une activité qu’on peut suivre à plein temps dans un futur proche.


Le problème et le piège dans ce modèle est que ce genre d’agripreneur est souvent très pressé, et pensent que l’argent de l’agriculture se gagne très rapidement. Ils veulent tout de suite devenir riches comme le gars de la vidéo.


Des amis de la diaspora m’appellent souvent et me tiennent ce discours :

« J’aimerais investir dans l’agriculture au pays, mais je veux d’abord commencer par un petit projet, en venant tous les trois mois contrôler l’évolution surplace.


Et, quand ça va commencer à donner (à être profitable), je vais rentrer définitivement m’installer au pays. »


Ma réponse est toujours la même : « Ne faites pas cette erreur, s’il vous plaît. » C’est le contraire que vous devez faire.


C’est à ses débuts qu’une entreprise a le plus besoin de vous au quotidien. Ceci ne concerne pas seulement le domaine de l’agriculture, mais de tout business que vous voulez lancer.


Il est indispensable, pour la survie de votre entreprise, que vous soyez présent au moment où elle a le plus besoin de vous.


Etudiez bien le parcours de toutes les grandes entreprises que vous connaissez, et vous verrez que leurs fondateurs ont dû passer des nuits blanches à travailler pendant plusieurs années, avant de voir leur entreprise réussir.


Les médias ne disent malheureusement pas que derrière une success story, il y a des centaines de « failure stories » que la star à l’honneur a connu, ni que plusieurs entreprises ont sombré jeunes, dans l’ombre cruelle du monde des affaires.


On vous dit rarement combien ils ont perdu dans leurs débuts, et combien d’échecs ils ont connu. Et même si certains sont très riches pour minimiser les pertes encourues, cela ne demeure pas moins vrai qu’ils ont investi à perte un certain montant d’argent.


Ceux qui sont moins nantis, auraient pu tirer des leçons pour éviter de faire des ratés tragiques qui leur ont tout coûté.


Se lancer dans l’agriculture, dans l’espoir d’avoir des gains rapides, parce qu’on a regardé des vidéos sur YouTube et/ou des documentaires à la télé, vous mènera droit dans un mur.


C’est ce qu’on appelle « le syndrome du media ». Le syndrome du media est l’ensemble des décisions prises et des attitudes adoptées, à la suite d’informations reçues à travers les médias, y compris les médias sociaux, sans aucune censure qualitative.


En général, l’excès d’écoute des success stories que les medias présentent ne résume que brièvement et glorieusement la vie de quelqu’un en 15-30 minutes, sans vous donner la véritable clé de sa réussite.


Avec tout le tapage sur l’entrepreneuriat, plusieurs ont déchanté parce qu’ils s’étaient lancés pour imiter Facebook, Apple, Amazon, ou encore Coq ivoire (le géant ivoirien spécialisé dans la volaille et les produits dérivés).


Cessez de penser qu’il suffit de se lever un matin, de créer une application, de changer d’habitude ou de culture, de se lancer… pour devenir riche.


J’aime bien écouter Jack Ma, fondateur d’Alibaba, qui conseille toujours de ne pas seulement lire les success stories des autres, mais de s’intéresser aussi aux histoires d’échecs ; parce qu’on apprend plus des échecs qu’on ne le fait avec des réussites.


Bien qu’il soit vrai que Gates, Zuckergerg et d’autres soient devenus milliardaires jeunes et avec leur première entreprise, plus de 70% des milliardaires (en dollars) au monde ne l’ont pas été avant l’âge de 40 ans.


Donc la réussite prend du temps, et parfois le temps d’une vie pour bâtir quelque chose de grandiose et de durable.


Tiré du Livre « 𝟭𝟬 𝗖𝗹𝗲́𝘀 𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗥𝗲́𝘂𝘀𝘀𝗶𝗿 𝗗𝗮𝗻𝘀 𝗟’𝗔𝗴𝗿𝗼𝗯𝘂𝘀𝗶𝗻𝗲𝘀𝘀 𝗘𝗻 𝗔𝗳𝗿𝗶𝗾𝘂𝗲 » de 𝗟𝗼𝗶̈𝗰 𝗞𝗮𝗺𝘄𝗮


🔖Le livre est disponible ici: https://cutt.ly/MWN5MzU


𝗡𝗼𝘁𝗲 𝗱𝗲 𝗔𝗿𝗴𝗲𝗻𝗹𝗶𝘃𝗿𝗲 ✍🏾✍🏾: Ma personne, j’aimerais juste attiré ton attention sur un point cruciale : « C’est à ses début que ton entreprise a le plus besoin de toi. » .


Tu sais ma personne, une entreprise c’est comme un bébé qui vient de voir le jour. Un nourrisson est très fragile et très dépendant de sa maman.


Raison pour laquelle il est primordial que ses parents soient à sa disposition 25h/24. Ceci au moins jusqu’à ce que l’enfant acquiert un minimum d’autonomie.


Il en sera de même pour le business que souhaites mettre en place. J’ai moi-même mis plus de 2 ans pour le comprendre et si j’insiste là-dessus, c’est pour t’éviter que tu fasses la même erreur.


Par ailleurs, sache que devenir riche ça demande du temps, du travail, de la régularité et beaucoup de sacrifices.


Malheureusement, ce coté de la réussite c’est la part d’ombre que très peu de personnes voient. Car les médias ne mettent en lumière que l’événement et occultent le processus.


Alors que c’est le processus qui forment les riches. Pas de processus, pas de millionnaire. C’est cela qu’il s’agit.


Si tu veux en savoir plus, je te conseille d’aller regarder le résumé du livre « L’Autoroute Du millionnaire » que j’ai réalisé sur notre chaine YouTube : Argenlivre.


Les gens aujourd’hui veulent devenir millionnaire mais ne sont pas prêt à payer le prix.


Les plus vicieux s’enferment dans les églises, se réveillent tous les matins pour réciter les chapelets en espérant que le saint esprit viendra toquer à leur porte pour déposer la richesse à leur pied.


Et quand ça n’arrive pas le discours est très souvent le même : « C’est Dieu qui n’a pas voulu ». Du grand n’importe quoi.


Si tu n’es pas riche c’est parce que tu n’as pas encore fait ce qu’il faut point barre. Donc faut savoir séparer ce qui relève du spirituel de ce qui relève de la vie réelle.


𝗦𝗶 𝗽𝗿𝗶𝗲𝗿 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝘁𝗼𝗻 𝗷𝗼𝗯, 𝗧𝗿𝗮𝘃𝗮𝗶𝗹𝗹𝗲𝗿 𝗰’𝗲𝘀𝘁 𝗮𝘂𝘀𝘀𝗶 𝘁𝗼𝗻 𝗷𝗼𝗯.



Argenlivre.com

12 vues0 commentaire
bottom of page