top of page

𝗝'𝗮𝗶 𝗳𝗮𝗶𝗹𝗹𝗶 𝗽𝗲𝗿𝗱𝗿𝗲 𝗹𝗮 𝗳𝗼𝗶


Laisse-moi t'avouer que j'avais perdu la foi, j'avais perdu tout espoir.

Je n'en pouvais plus, la pression de l'hôpital et leurs rapports négatifs quotidiennement

avaient commencé à m’affecter intérieurement.

J’étais complètement troublée au fond de moi, je commençais à y penser les moments où j'étais seule ;

tout ce que ce Docteur disait, toutes ces paroles négatives défilaient dans ma tête, tout me revenait à l'esprit, et je commençais sans le vouloir à avoir peur, la peur commençait à m'envahir.

J'ai failli abandonner car le poids sur moi commençait à peser lourd.


Je commençais à penser à ce que ce docteur avait dit par rapport au fait que je ne travaillerai jamais dans ce pays,

je serai toujours à la maison avec cet enfant handicapé, non je ne le veux pas, ce serait me tuer.

Les pensées qui me venaient en tête : « Peut-être ce docteur a raison, je le signerai et je pleurerai une fois et puis ça passera, bah je ferai un autre enfant c'est tout. »


Après ces pensées, je priais dans mon cœur pour que personne ne m'entende,

« Seigneur Dieu s'il te plait tu peux récupérer l'âme de cet enfant calmement ainsi, je ne serai pas coupable devant toi, et je n'aurai pas de culpabilité toute ma vie,


mais avoir un enfant handicapé, non pas cette punition-là, viens à mon secours je t'en supplie, ils se moqueront de moi. Mon cœur souffre, mon cœur saigne. »


Ce passage est un extrait du livre 𝑮𝑨𝑹𝑫𝑬 𝑬𝑺𝑷𝑶𝑰𝑹, 𝑷𝒂𝒓𝒄𝒆 𝒒𝒖𝒆 𝒓𝒆̂𝒗𝒆𝒓 𝒆𝒔𝒕 𝒖𝒏 𝒑𝒓𝒊𝒗𝒊𝒍𝒆̀𝒈𝒆 de 𝗝𝘂𝗹𝗶𝗲𝘁𝘁𝗲 𝗠𝗔𝗦𝗦𝗔𝗠𝗕𝗔.


Livre édité par @Les Editions Argenlivre.

Pour l'obtenir, cliquez sur le lien suivant


Disponible sur argenlivre.com



11 vues0 commentaire
bottom of page