top of page

𝗟𝗲 𝗱𝗲́𝗰𝗹𝗶𝗰 𝗾𝘂𝗶 𝗺’𝗮 𝗽𝗼𝘂𝘀𝘀𝗲́𝗲…

A 𝘃𝗼𝘂𝗹𝗼𝗶𝗿 𝗱𝗲𝘃𝗲𝗻𝗶𝗿 𝗶𝗻𝗱𝗲́𝗽𝗲𝗻𝗱𝗮𝗻𝘁𝗲 𝗳𝗶𝗻𝗮𝗻𝗰𝗶𝗲̀𝗿𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁

Je me suis mariée le 22 novembre 2008 avec un homme extraordinaire. J’étais très enthousiaste à l’idée de me marier, j’ai toujours voulu avoir un mariage et une vie de couple parfaite.


Je voulais fonder une famille, avoir des enfants le plus tôt possible, et prendre le temps de leur offrir ce que ma mère n’a pas pu nous donner.

Je voulais vraiment faire de mon foyer un nid de bonheur avec des enfants épanouis à la hauteur de mes rêves. Je savais que je devais travailler fort pour réaliser ce rêve.


J’étais tellement emballée que j’ai oublié qu’il y avait des variables qui ne dépendaient pas de moi. C’est ainsi que, à ma grande surprise, les choses ne se sont pas déroulées comme je le pensais.

Trois ans après mon mariage, je me retrouve toujours sans enfant. J’étais amèrement déçue. Mais, pendant ce temps, je m’adonnais à mes études et en 2011 j’obtiens ma Licence en Marketing.


Bien que les choses ne se déroulaient pas comme je voulais, j’avais eu la présence d’esprit de ne pas m’attarder sur ce qui ne fonctionnait pas ; j’avais immédiatement concentré mon énergie sur mes études et cela m’a permis d’obtenir mon diplôme universitaire.


C’est alors que j’ai pris la décision de me

trouver un emploi afin d’avoir un salaire qui me permettrait de contribuer aux charges de mon ménage. J’ai dégoté un boulot qui me passionnait au début mais très vite, je me suis rendue compte qu’il ne répondait pas vraiment à mes attentes.

Certes, je gagnais de l’argent, mais j’en voulais plus et c’est légitime. Avec ce travail, je n’atteignais même pas 200$ de salaire par mois.

Je trouvais cela horrible, et absolument décevant. À tel point que j’en venais à regretter toutes mes années d’études.


Après de nombreuses réflexions, j’ai finalement compris que je devais moi-même créer le changement que je voulais voir dans mes finances.


Je me suis donc mise en mode solution, et j’ai pris une décision radicale et audacieuse. Du jour au lendemain, j’ai tout abandonné.

J’ai démissionné de mon emploi pour me mettre à mon propre compte. Je n’ai pas la prétention de vous dire que c’est la meilleure chose à faire ou que c’est trop facile, pas du tout !

C’est pour avoir réussi à relever ce défi que je me permets d’écrire ce livre, pour vous permettre d’aller plus vite que moi.


Je me suis mise à mon compte en 2015 ; depuis j’ai connu des succès et des échecs aussi. Je me suis lancée comme un cobaye et j’ai appris de mes erreurs pour en arriver à posséder plus d’une entreprise à succès en ligne.

En 2015, je me suis dit, puisque je n’ai pas encore d’enfants, je m’investirai pour gagner beaucoup d’argent afin d’imposer du respect à mon égard, ainsi qu’aux personnes qui sont autour de moi.

La triste observation que j'ai faite est la suivante : lorsqu’on n’a rien, on ne mérite l'attention des autres que par pitié.

Et ce n’est pas ce que je voulais pour ma vie. Je voulais faire partie de celles et ceux qui trouvent des solutions et qui, par leur contribution au monde, apportent de la valeur à leurs semblables.

Pour contextualiser ce que je vous raconte, laissez-moi

vous parler de l’image que la société africaine a d’une femme mariée qui ne fait pas d’enfants.

En effet, lorsqu’une femme mariée en Afrique n’enfante pas, elle subit généralement un regard dédaigneux de la société.

Toutes sortes de préjugés et de jugements lui sont adressées. Et, pour ne pas laisser cela envahir ma pensée, je devais imposer du respect d’une autre manière.

Je devais le faire à travers mon indépendance financière. Il fallait que je brise ces préjugés.

C’est ainsi que je me suis lancée dans la vente de plusieurs produits sur internet, et grâce à Dieu, je parvenais à gagner plus que ce que je touchais en tant que salariée. C’était magnifique.

Un texte extrait du livre « Comment monétiser son talent » de Anastasie NKADJI

Édité par Les Editions Argenlivre

📚 Pour entrer en possession de ce livre, cliquez simplement ici : http://wa.me/+237657134436

Argenlivre.com



10 vues0 commentaire
bottom of page