top of page

Même écrire nous dépasse…

Ma personne, comme tu le sais déjà, il y a un peu plus d’un an que nous avons lancé une maison d’édition de livres qu’on a décidé de baptiser les Editions Argenlivre. Maison d’Edition qui aujourd’hui compte un peu plus de 58 livres édités et beaucoup d’autres en cours d’édition.


Donc hier aux environs de 23h, j’étais assis sur la table de bureau torse nu, et les yeux rivés devant le petit écran de mon ordinateur pour faire l’ultime correction du tapuscrit du livre d’un auteur que je vais décider d’appeler ici Olivia.


Le livre d’Olivia est un livre de développement personnel hyper intéressant, et je prenais un malin plaisir à le parcourir car je me retrouvais dans tout ce qu’elle disait. Sauf qu’en parcourant son livre, j’ai fait une remarque qui m’a une fois de plus révolté. Et c’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à écrire cette publication.


Comme beaucoup d’auteurs, Olivia avait pris le soin de glisser quelques citations ça et là dans son chef-d’œuvre. Mais devine quoi ? Les auteurs de ces citations étaient à plus de 90% des non Africains. En gros, on avait une Africaine, qui écrivait un livre de développement personnel qui allait être lu à plus de 95% par des Africains mais dans lequel presque toutes les références de son livre était des non Africains.


Si c’était seulement dans son livre qui était concerné par ce phénomène REVOLTANT, cela ne m’aurait dérangé. Mais lorsque je vois ça chez plus de 80% de nos auteurs, je me dis que le mal est vraiment profond. Je lis les auteurs Français, Américains, Chinois, et jamais je n’ai vu une seule référence Africaine dans leurs différents livres. Cela signifie une seule chose : les non Africains ne nous lisent pas du tout.


Mais comment voulez-vous que les non Africains lisent les Africains quand les Africains eux-mêmes ne lisent pas les livres de leurs semblables ?


Ok on dira que les Africains n’ont pas la technologie parce que les gouvernements sont corrompus. Donc même pour écrire un livre on a besoin du gouvernement ? Même pour communiquer sur vos livres vous avez besoin de l’aide du gouvernements ? Nous sommes tous plus ou moins aller à l’école, on a des bac + 20. Ils nous servent donc à quoi si ça n’est venir vous tenir devant les gens et raconter comment on est diplômé de je ne sais pas quoi.


Est-ce que c’est normal qu’au 21e siècle, même dans la littérature nous soyons quasiment inexistant pour ensuite venir se plaindre du fait que nous sommes méprisés. C’est normal qu’on nous méprise de partout puisque chaque fois qu’on doit tenir un discours, ou même écrire nos propres livres, nous faisons toujours l’éloge des autres alors que ces mêmes autres ne sont mêmes pas au courant de nous.


Récemment encore, je suis allé sur le site internet d’une bibliothèque appartenant un frère ivoirien et devinez quoi. Plus de 80% des livres qui y étaient vendus étaient des livres écrits pas des Américains, Français … cherchez l’erreur. Donc même écrire nous dépasse ? Je vais aller plus loin parce qu’il faut que ça cesse.


Lorsque j’étais au Cameroun, j’avais beaucoup d’admiration pour nos grands professeurs d’universités agrégés qui avaient derrière eux plus de 35 ans d’expérience. Mais chose curieuse, avec tous leurs diplomes et tous autant qu’ils étaient, ils continuaient d’utiliser des manuels rédigés par d’autres professeurs Européèns comme eux cherchez l’erreur ! Vous dites que vous êtes professeur agrégé bac + 24 avec plus de 30 ans d’exercices. Donc vous êtes sensés avoir la connaissance et l’expérience mais où sont alors vos manuels ?


Les non Africains sont venus éduquer nos grand-parents, ils ont éduqué nos parents, ils nous éduquent encore aujourd’hui, et si on ne fait rien, ils éduqueront encore nos enfants et petits enfants. Et ça, il en va de notre responsabilité en tant que citoyens de mettre un terme à cela. Ce n’est que comme ça qu’on pourra se faire respecter. Comment voulez vous que les générations à venir puisse avoir des références locales si vous ne prenez pas le temps de leur laisser quelque chose ?


Si vous ne l’avez pas encore fait, alors je pense qu’il est temps de commencer à réinterroger ce que vous savez. Je ne saurais achever cette publication sans parler du fameux livre intitulé Madame Bovary. Ceux qui ont fait première il y a un peu plus de 8 ans voient de quoi je parle. Un livre indigeste qui était au programme de français comme si les Africains n’avaient pas écrits. Un livre que même les Français ne lisent pas et ne sont mêmes pas au courant qu’il existe. Pour moi, je trouve que mettre un tel livre dans nos programmes étaient une réelle insulte à l’intelligence de nos écrivains.


Voilà donc autant de frustrations qui m’ont poussé à créer notre page Facebook pour mettre en avant nos auteurs. C’est également cette même frustration qui m’a poussé à créer notre maison d’édition dans le but sublimer des livres écrits par nous-mêmes et pour nous-mêmes.


Il est inconcevable qu’un Africain finisse d’écrire un livre pour les Africains mais que ce livre soit édité par une maison d’édition exogène. Ça n’a aucun sens. Pour moi, c’est une fierté d’éditer des livres et de voir que nos jeunes auteurs citent Roly Khentache, Claudel NOUBISSIE, Ricardo KANIAMA, Cédric KOMBA, Valère BELIAS… tous des écrivains qui ont décidé de laisser quelque chose à leurs descendances.


Donc sachez aujoud’hui que, notre véritable mission avec les Editions Argenlivre, c’est de Saturer le continent Africain et ensuite le monde entier des livres écrits par les Africains. Il faudrait que dans 20 ans, que lorsque les petits français, canadiens, américains écriront leurs livres, qu’ils nous citent nous aussi. C’est de ça qu’il s’agit.


Et le combat a déjà commencé et on n’a pas eu besoin d’attendre une quelconque aide. On a fait avec nos moyens de bords et on grandit avec. Vous savez, récemment encore je lisais un de mes nombreux livres de médecine, et j’ai fait un constat frappant : Tous les livres que nous utilisons en médecine ici en France sont édités par la même maison d’édition française : Elsevier.


Chez nous en Afrique francophone, je n’en connais aucune de ce type. Donc notre objectif dans les années avenir, c’est de s’attaquer aussi à ce type de manuels là. Parce que personnes ne viendra résoudre nos problèmes à notre place. Donc chacun doit prendre ses responsabilités.


C’est pour cette raison que nous avons crée le Week-end de l’écrivain. Le seul événement qui célèbre les entrepreneurs généreux et visionnaires qui ont à cœur de partager leur expérience avec les générations contemporaines et avenirs.


Notre vision sur 5 ans avec cet événement, c’est de l’ériger au moins au rang du festival de cannes. Mais déjà, le prochain rdv c’est le 08 Octobre prochain à l’hotel Hilton de Paris situé à la défense.


Tu découvriras des auteurs aussi inspirants les uns que les autres qui se sont engagés eux aussi à écrire pour impacter. Pour en savoir plus concernant cet événement de très haut niveau, il te suffit de cliquer sur le lien ci-dessous :


Attention, le nombre de places est limité !






85 vues0 commentaire

Comments


bottom of page